Ambition.

 La gestion de la ville de Castelarleux-la-Gould m'a été confiée ! Pour mes 20 ans, mon oncle a joué de ses influences, mes exploits récents et le laisser-aller de l'ancien bourgmestre ont joué en ma faveur. Me voilà donc adoubée chevalière et à la tête d'une ville entière, coincée entre les montagnes et la mer. Mes actions ont payé, mais je suis encore jeune, et mon ambition augmente à chaque récompense. Pourquoi me contenter d'une ville quand le monde m'ouvre ses bras ?

Révolution.

 Je commence à comprendre pourquoi l'on m'a si facilement confié cette ville malgré mon âge. D''une part elle est mal située, coincée entre les royaumes du duc Sknom, du marquis Cyrwyrd, du marquis Xela0o, que je suis obligée de prendre en compte quand je planifie mon expansion ! Pour augmenter mon armées, je dois conquérir des territoires, trouver les hommes où ils sont. Pour renforcer mon armée, la rendre plus puissante, il me faut de meilleures armes, ou des chevaux. D'autre part, mon suzerain, Lilian7 n'est pas une personne que j'apprécie beaucoup. Il est faible, sans ambition, et stagne.
 Le seul territoire qui à ma portée était le territoire d'Echelme, que je le prenne ne susciterait a priori pas de réaction chez mes voisins, j'y ait donc envoyé mon général Wyatt, un ami d'enfance en qui j'ai confiance. Et tandis qu'il partait à la conquête d'Echelme avec ses six meilleurs hommes, je négociais avec Lilian l'accès à la prairie d'Echarlyac.
    De ma fenêtre tous les matins je regardais les chevaux d'Echarlyac brouter. Il y en avait au moins cinquante ! Et quel atout ce serait pour mes généraux... Des messagers apportaient de bonnes nouvelles d'Echelme, et toute la ville était gonflée à bloc, les vieillards étaient fiers de leurs fils, les femmes fières de leurs maris, les enfants fiers de leurs pères. J'avais pris ma décision : je ne renouvellerai le serment d'allègeance de Castelarleux-la-Gould à Lilian qu'en échange de la moitié des chevaux d'Echarlyac.

Révolution.

    Il avait refusé.